English version

Le 50m Visione

Article publié le 24 juillet 2009

Il a les traits burinés par le grand large et les yeux plissés par les longues heures de périple au soleil. Une vraie tête de navigateur. Gath Brewer est sud-africain, marié à une Finlandaise et, surtout, skipper du superbe yacht « Visione » amarré dans le bassin des chalutiers. Flegmatique mais lucide

Ce qui frappe d’abord chez lui, c’est son flegme britannique. D’aucuns s’écrieront qu’au regard de sa situation à peine enviable, le contraire serait inquiétant. L’homme officie depuis 7 ans sur « le plus beau voilier du monde » selon lui, et partage équitablement l’année civile entre les Caraïbes et Palma de Majorque. Mais surtout, sa lucidité tranquille fait mouche. Lorsqu’il nous dit il doit user d’autorité, envers son équipage pour maintenir l’ordre sur le bateau qui n’est pas le sien, on veut bien le croire. Rien de bouleversant dans ces propos distillés avec une franche bienveillance et le sourire toujours en embuscade.

JPEG - 38.4 ko


En revanche, on dresse l’oreille lorsqu’il aborde le problème de la crise économique. Cela commence par une question banale : oui, Gath apprécie particulièrement l’accueil rochelais « parce qu’ici, les passants s’intéressent aux bateaux ». Mais il n’en va pas de même partout où il accoste. « Parfois, les gens nous regardent de travers : ils trouvent indécent d’exhiber une telle merveille par ces temps de récessions ». Alors, son avis sur le sujet ? « Je les comprends. Mais pour son propriétaire, ce navire est une sorte de voiture. Très coûteuse certes. Et puis, comment cacher ce navire de rêve, qui fait 44m de longueur et 50 de hauteur ? »

Un rêve à voiles

Baudelaire écrivit l’« invitation au voyage ». À entendre Gath égrener le chapelet de ses îles favorites, on embarque franchement pour un rêve éveillé. Tahiti, Saint-Barthélemy, la Sardaigne… Tous les mots qu’il prononce alors ont des parfums de monoï et d’escale. « Mon idéal, c’est la Martinique », confie-t-il. L’équipage navigue tout le jour, déjeune à bord et ne largue les amarres qu’en début de soirée. Finalement, il connaît très peu l’intérieur des terres, ne vivant que de rivages.

« Comme une maison »

Le capitaine partage ces moments avec les 4 marins qu’il dirige durant l’année, même s’il a la chance de revenir chez lui 2 mois au cours de l’automne. Quant au propriétaire anglais, Hasso Plattner, géant allemand de l’informatique, sa présence varie entre 6 et 8 semaines, mais il vient toujours dans le but de naviguer, et il serait un très bon barreur, ayant remporté des compétitions dans son milieu. Même si Garth n’a pas de relation de franche camaraderie avec lui, il est élogieux à son égard : « C’est un incroyable skipper. Il a remporté de nombreuses régates ». À bord, le patron invite souvent des amis. Voilà pourquoi l’on ne peut pas visiter ce pur-sang des mers dernier cri. « C’est un domaine privé, comme une maison ». Mais attention, pas n’importe quel maison, une demeure entièrement high-tech. Pour faire un petit point technique sur ce navire, il faut savoir que ce navire est entièrement réalisé en titane et en carbone, ce qui lui procure un poids 2 à 3 fois plus faible que les autres navires de sa catégorie. Il a une ancre avec une écoutille électrique, une quille rétractable, enfin il a été conçu sur mesure en collaboration avec le propriétaire. Une demeure flottante qui mettra les voiles ce week-end et appareillera pour les Baléares. Le temps pour les spectateurs rochelais d’amerrir encore un peu.

Revenir à l'AccueilVoir tous les articles "Actualités"

Contactez la Capitainerie des Minimes  capitainerie@portlarochelle.com Plan d'accès - Contact - Mentions légales  - Plan du site - Site réalisé par : La Petite Boîte