English version

MINI TRANSAT 2013 : courageux rochelais !

Article publié le 14 novembre 2013

Les 6.50 sont bien partis de Sada pour une ultime et longue étape qui les conduira jusqu’à Pointe à Pitre . En attendant d’approcher les îles Canaries, les concurrents font encore face à une mer démontée ; les conditions météo particulièrement éprouvantes pour les hommes comme pour les bateaux, ont en effet, largement perturbé cette édition 2013... Mais commençons par citer le groupe de concurrents, entrainés au Pôle France de La Rochelle  :




Prototypes :
- Nicolas Boidevezi
- Arthur Léopold-Léger
- Julien Pulve
- Louis Segré
- Stanislas Maslard

Bateaux de série :
- Arnaud Chaigne
- Jean-Loup Chenard
- Arnaud Gentien
- David Genest
- Yann Le Pautremat

Jean Saucet, bien connu dans le monde de la voile sportive, au sein de la structure "Atlantique 6.50", leur a ainsi prodigué autant un entrainement sportif qu’une assistance logistique et technique ; son expérience de "vieux renard des mers", comme il se décrit avec humour, a certainement contribué à la naissance d’une cohésion véritable entre ces personnalités différentes : "Tous sont engagés dans de vrais projets sportifs, mais j’ai assisté à la naissance d’un vrai groupe de copains, s’entraidant, avec une vraie solidarité " dit-il, "cette préparation de la Mini Transat a d’abord été un succès sur le plan humain, avant d’envisager les résultats au niveau sportif ".

JPEG - 41.6 ko

Le début de la course a ainsi été très difficile, notamment pour Arthur Léopold-Léger qui, tombé à l’eau dans une mer très grosse, a dû son salut d’abord à sa ligne de vie restée accrochée, à son équipement (gilet maintenant la tête hors de l’eau et combinaison sèche, retardant l’effet du froid), à la rapidité des secours et peut-être un peu à la chance, faisant passer tout proche un autre concurrent, Tanguy Le Turquais. Celui-ci a lancé l’appel par VHF, restant à proximité, navigant le plus près possible d’Arthur. Les équipements et moyens liés à la sécurité ont ainsi été déterminants dans l’issue heureuse de cette fortune de mer.

Compte tenu des conditions difficiles, les concurrents ont tous dû se mettre à l’abri dans différents ports espagnols. Au soir de ce 14 novembre, un peu plus de 24 heures après un départ groupé de Sada, nous apprenons l’abandon de Yann Le Pautremat, suite à une grosse avarie sur la bôme.

Les organismes et les bateaux souffrent encore en attendant de mettre franchement le cap vers l’Ouest, vers Pointe à Pitre, donnant encore plus d’éclat à la performance sportive et humaine qu’est la Transat 6.50.

Pour suivre la course suivez CE LIEN vers le site officiel

Et pour de belles images, rendez-vous sur le site de Christophe Breschi, à qui nous devons l’illustration photographique de cet article.

Site Internet de Christophe Breschi - photographe

JPEG - 57.4 ko
Revenir à l'AccueilVoir tous les articles "Actualités"

Contactez la Capitainerie des Minimes  capitainerie@portlarochelle.com Plan d'accès - Contact - Mentions légales  - Plan du site - Site réalisé par : La Petite Boîte