Actualités

Le port choisit le cabinet d’architecte pour son projet-pilote de bâtiment « bas carbone »

publié le 05 janvier 2023
  • 1254 Vues
  • Travaux Lazaret Projet

    Après un an d’études de préfiguration, le port a fait son choix parmi les 19 participants de l’appel à candidatures concernant son projet « bas carbone » sur la digue du Lazaret. Les Rochelais de l’ABP Architectes seront missionnés pour réaliser les nouvelles installations. Le bâtiment, situé à proximité de la plage des Minimes, sera entièrement reconstruit avec un cahier de charges suivant des critères très poussés en termes d’écoresponsabilité et un objectif de labélisation « niveau argent Bâtiment Durable Nouvelle Aquitaine ».

    Faire de la reconstruction du bâtiment du Lazaret un projet exemplaire d’un point de vue environnemental, tant dans sa conception et sa réalisation que son exploitation. Voilà l’ambition que le port s’est donné. Un an plus tard, après un cycle de concertation de plusieurs réunions avec les associations et les plaisanciers concernés, après le choix du projet, la prochaine étape sera d’affiner les esquisses proposées par le cabinet d’architectes retenu. Le chantier de déconstruction de l’actuel bâtiment pourrait avoir lieu avant l’été prochain afin de pouvoir commencer la reconstruction dès la fin de l’édition 2023 du Grand pavois et faciliter ainsi une ouverture des futurs sanitaires au printemps 2024.

    Illustration du projet proposé par le cabinet, susceptible d’évoluer

    À ce jour, le projet intègre en rez-de-chaussée des toilettes publiques côté plage et des toilettes réservées aux plaisanciers côté port, ainsi des espaces dédiés aux formations des plaisanciers. Le premier étage sera réservé pour les bureaux des associations nautiques hébergées dans le bâtiment actuel, cuisine partagée, une salle de réunion répondant aux des besoins constatés et une terrasse. L’idée, explique le directeur Bertrand Moquay, est d’améliorer les prestations existantes tout en conservant l’esprit associatif des lieux.

    Illustration du projet proposé par le cabinet, susceptible d’évoluer

    Si les premières esquisses proposées par le cabinet évolueront surement à la marge, les principaux critères « bas carbone » à prendre en compte sont établis, avec une cinquantaine de points basés sur l’autosuffisance énergétique et le climat futur (augmentation des températures, risque d’inondation, de sécheresse, etc…).

    Architecture bioclimatique, orientée vers le captage de l’énergie solaire (Esquisse du projet proposé par le cabinet, susceptible d’évoluer)

     

    Illustration du projet proposé par le cabinet, susceptible d’évoluer

     

    Après Xynthia, les contraintes sont autres…

    Pour respecter le Plan de Prévention des Risques Littoraux et suite à la tempête Xynthia il y a 11 ans, une partie de la zone où se situe le bâtiment actuel est classée comme zone susceptible d’être inondée en cas d’évènement majeur. Cela imposera un changement majeur dans l’architecture du bâtiment : surélever d’un mètre par rapport à sa hauteur actuelle en cas de reconstruction globale de la structure.

    Pour ce projet, le port s’engage dans la démarche des Bâtiments Durables Nouvelle-Aquitaine (BDNA) destinée à accompagner les acteurs d’un projet dans la mise en place des enjeux environnementaux pour leur opération.

     

    Lire également : Le port lance son projet-pilote de rénovation de bâtiment bas carbone

    Partager cette publication :