Actualités

Reconstruction du Lazaret : entre ambition environnementale et concertation citoyenne.

publié le 08 décembre 2023
  • 2247 Vues
  • Lazaret 2024 Reconstruction

    Les travaux de démolition du Lazaret ont commencé après le Grand Pavois 2023, marquant ainsi le début d’une nouvelle phase du projet.

    La reconstruction complète de cette structure emblématique près de la plage des Minimes se fait selon des normes strictes d’écoresponsabilité. Après un an de discussions avec les Associations et les Plaisanciers, le cabinet d’architectes Rochelais ABP Architectes a été choisi pour réaliser notre projet en raison notamment de ses critères stricts d’écoresponsabilité.

    Vous pouvez d’ailleurs suivre la progression et l’avancement du chantier grâce à notre caméra Timelapse que nous avons installé sur le chantier : Timelapse Lazaret (site internet onglet « Caméra »)

    Positionné entre le port et la plage des Minimes, ce bâtiment aspire à devenir une pièce maîtresse du paysage local, adoptant un langage architectural simple avec une subtile référence au hangar à bateaux, matérialisée par le format de la nef. Le projet se présente comme un projet complexe et passionnant, englobant des aspects variés tels que l’architecture, l’environnement et la participation citoyenne.

     

    L’essentiel de la conception du groupement de Maîtrise d’œuvre (ABP / PBA / BAG / DIESE) a été guidée par la recherche de sobriété. 

    Chaque choix, de la sélection des matériaux à l’orientation, contribue à faire du Lazaret un modèle d’harmonie entre architecture et écologie, avec comme objectif d’obtenir une labélisation niveau argent  « Bâtiment Durable Nouvelle Aquitaine« .

    La déconstruction de la structure d’origine a été effectuée en valorisant chaque matériau et en réutilisant les éléments viables. Pour ce qui est de la reconstruction elle aspire à être un projet avec une approche éco-responsable et la prise en compte de vos besoins ainsi que des souhaits des associations, des visiteurs et des résidents locaux.

    Une Conception environnementale pensée.

    L’approche environnementale est au cœur de la conception, étant donné la proximité du site avec la nature. Les équipes ont consciencieusement travaillé sur des aspects tels que l’orientation, les masques solaires, la colorimétrie, les zones paysagères et la ventilation. L’objectif majeur est de doter le bâtiment de caractéristiques naturelles performantes, limitant ainsi l’utilisation de traitements mécaniques conventionnels. Dans cette perspective, le projet s’est efforcé de capturer et de valoriser les apports naturels, que ce soit en termes d’eau, de soleil ou de consommations internes.

    Sur le plan énergétique, l’accent a été mis sur l’optimisation des consommations d’eau et d’énergie du bâtiment sanitaire. Une production d’énergie décarbonée a été envisagée grâce à une source électrique, partiellement fournie par les panneaux photovoltaïques en toiture Sud.

    En effet, les panneaux photovoltaïques sur le versant Sud jouent un rôle crucial en compensant une partie de l’énergie nécessaire à la production d’eau chaude, de chauffage et d’éclairage. L’eau occupe également une place centrale dans la conception, avec une revalorisation passive des calories des eaux grises et le réemploi des eaux pluviales dans les sanitaires.

    (Architecture bioclimatique, orientée vers le captage de l’énergie solaire (Esquisse du projet proposé par le cabinet, susceptible d’évoluer))

    L’ensemble du projet s’inscrit dans une démarche de sobriété, relevant les défis spécifiques du site.

    La conception globale englobe la diminution de l’empreinte carbone du bâtiment en favorisant une approche de construction mixte associant le bois et le béton.

    En effet, malgré des conditions environnementales côtières contraignantes, le projet a réussi à optimiser l’utilisation du bois tout en limitant l’emploi du béton, grâce à l’utilisation d’un revêtement en aluminium pour protéger les façades les plus exposées.

    L’intégration de la végétation est considérée comme un élément essentiel, agissant à la fois comme un filtre thermique sur la façade Sud et comme une protection sur la façade Ouest. Cette approche répond non seulement à des caractéristiques spécifiques mais contribue également de manière significative à la déminéralisation de cette zone harmonisant construction et environnement.

    (Illustration du projet proposé par le cabinet, susceptible d’évoluer)

    L’ambition du projet s’inscrit dans le cadre du programme « La Rochelle Territoire Zéro Carbone«  visant à reconstruire le Lazaret avec une approche « bas carbone. »

    Les critères « bas carbone » englobent l’autosuffisance énergétique, des façades vitrées exposées au soleil, une toiture équipée de panneaux solaires, l’utilisation de matériaux durables, la création d’espaces végétalisés, et de locaux vélos sécurisés pour encourager les mobilités douces.

    Gestion du Calendrier et Objectif 2024

    Nos équipes et la maîtrise d’œuvre ont travaillé de concert pour minimiser l’impact du projet sur les utilisateurs et les riverains. Le chantier de déconstruction a été soigneusement planifié, débutant dès la fin du Grand Pavois, avec pour objectif de livrer le projet pour le Grand Pavois 2024. L’ensemble de ces contraintes fait de ce projet un défi particulièrement intéressant et motivant pour les équipes projet. Le prochain objectif est de garantir la livraison d’un bâtiment qualitatif, performant et esthétique.

    Lire également :

    Partager cette publication :