Actualités

Pourquoi y a-t-il des bouées au milieu des bassins aux Minimes ?

publié le 06 octobre 2022
  • 2521 Vues
  • Depuis quelques semaines, des bouées ont été installées à proximité de la cale à dériveurs, aux Minimes. Mais pourquoi faire ? La réponse est liée à la campagne de dragage 2022/2023 qui va démarrer dans les prochains jours. Elles signalent tout simplement l’existence d’une canalisation submergée, dans le bassin Marillac. À marée basse et en fort coefficient, nous vous invitons à renforcer l’attention au moment de naviguer sur cette zone précisément.

    Comme chaque année, des opérations de dragage annuelles sont impératives à La Rochelle afin de garantir les profondeurs nécessaires à la navigation et vous permettre de sortir en mer en mer à toute heure de la marée. Ainsi, vous serez amenés à cohabiter pendant huit mois avec ces engins, plus ou moins imposants, plus ou moins mobiles, entraînant ainsi des contraintes à la navigation.

    Au niveau du bassin Marillac, la canalisation immergée se trouve entre le ponton de la station carburant et la cale des dériveurs. Les bouées installées sur place servent à orienter les navigateurs sur l’endroit avec plus de tirant d’eau à passer

     

    L’opération de dragage à La Rochelle en quelques chiffres :

     

    Campagne de dragage 2022/2023 :

    Aux Minimes : Présence  de la drague Avalis II du Conseil Départemental de la Charente-Maritime du 10 octobre 2022 au 15 mai 2023
    Dans le chenal d’accès au port : Présence de la drague Cap d’Aunis du 1er octobre 2022 au 15 mai 2023
    Dans le chenal d’accès à Port Neuf : Présence de la drague Fort Boyard du Conseil Départemental de la Charente-Maritime au cours du mois d’avril 2023

     

    Planning de dragage du bassin Tamaris :

    Quelles techniques de dragage utiliser?

    Il existe différents modes de dragages, l’objectif étant d’enlever des sédiments et de les restituer au milieu (sous certaines conditions). Le port de plaisance de La Rochelle utilise quatre moyens différents de dragage:

    1) La drague stationnaire AVALIS II : Cette drague, propriété du Conseil départemental de la Charente-Maritime, ne dispose pas de moyens propres de propulsion. Lorsqu’elle est en opération, elle se déplace à l’aide de pieux qui sont relevés, orientés puis poussés alternativement. Pour les déplacements importants cette drague doit faire appel à un moyen nautique de remorquage. Elle dispose d’une sorte de bras (cutter) qui plonge sous l’eau et est orienté de haut en bas et de droite à gauche. Le cutter est muni d’une fraise qui désagrège la vase, celle-ci étant aspirée en mélange avec l’eau de mer par une pompe et refoulée dans une canalisation flottante.

     

    C’est cette drague que vous verrez tout au long de l’hiver et du printemps au port des Minimes

     

    2) La drague automotrice CAP D’AUNIS : Cette drague, propriété du Grand Port Maritime de La Rochelle, est autonome pour sa propulsion. Elle dispose d’un bras articulé sur le côté (élinde) qui est plongé jusqu’au fond des zones à draguer et qui aspire les sédiments avec l’eau de mer. Ceux-ci sont renvoyés dans une cuve qui a un grand volume de stockage. Les sédiments, plus lourds, se déposent au fond de cette cuve et l’eau de mer est éliminée par surverse. Cette drague se déplace ensuite vers une zone d’immersion (voir plus loin) et largue (clape) les vases en s’ouvrant en deux (drague fendable).

     

    Si vous empruntez le chenal principal d’accès, de la tourelle Richelieu jusqu’au vieux port, vous risquez de croiser la Cap d’Aunis.

     

    3) La drague automotrice FORT BOYARD : Cet engin, propriété du Conseil départemental de la Charente-Maritime, est une drague automotrice qui fonctionne comme la CAP D’AUNIS. Elle dispose en outre d’une benne preneuse (crapaud) lui permettant de prélever les sédiments dans des parties difficiles d’accès.

     

    Vous pourrez voir cet engin évoluer principalement dans le chenal d’accès à la zone de mouillage de Port Neuf et dans les bassins du Vieux Port

     

    4) Le roto-dévaseur MER D’ANTIOCHE : Ce dernier petit engin, qui appartient également au Conseil départemental de la Charente-Maritime, est une sorte de barge disposant sur son avant d’un bras hydraulique muni à son extrémité d’une fraise. Utilisé dans des zones restreintes, et de manière très ponctuelle, (cales, pieds de quai) cet engin remet la vase en suspension par rotation rapide de sa fraise plongée au fond de l’eau. Cette opération se fait toujours à marée descendante et avec des coefficients de marée importants pour que la vase soit renvoyée vers l’extérieur des zones draguées.

     

    Vous pourrez apercevoir ce type d’engin en activité au pied des cales de mise à l’eau

     

    Quelles contraintes pour les plaisanciers?

    Si les dragues automotrices et le roto-dévaseur ont un impact limité sur la navigation, il en va autrement pour la drague stationnaire. En effet, outre sa taille imposante, l’AVALIS II est connectée à la canalisation de rejet enterrée par une canalisation flottante, et ce sur une distance importante. Cette canalisation flottante doit être suffisamment grande pour que la drague puisse se déplacer d’un bout à l’autre de sa zone de dragage. La canalisation est immobilisée par des corps morts posés au fond. Mais en fonction de la marée et/ou du vent il arrive que cette canalisation bouge et vienne se plaquer sur un ponton, vous empêchant ainsi de sortir. Il peut également arriver que la drague stationnaire soit laissée, le temps d’un week- end, dans une darse entre deux pontons, ceci pour limiter les durées de manutention de la drague, qui pénaliseraient l’activité consacrée au dragage.

     

    Les agents de la drague sont joignables par VHF sur le Canal 9

     

    Vous serez amenés à cohabiter pendant les prochains mois avec ces engins, plus ou moins imposants, plus ou moins mobiles, entraînant ainsi des contraintes à la navigation.

     

    Quelle réglementation?

    Pour effectuer ses campagnes annuelles de dragage, la Régie du port de plaisance dispose de plusieurs arrêtés préfectoraux d’autorisation délivrés au titre du Code de l’Environnement, après instruction administrative et enquête publique. Ces arrêtés édictent un certain nombre de contraintes:

    Lire également :

     

     

    Retour en images de la campagne de dragage aux Minimes :

    Partager cette publication :